Glossaire

Absorption calorifique

Chaleur soutirée au local par un plancher réversible utilisé en mode rafraîchissement.

Accumulateur solaire

Ballon d’eau chaude sanitaire (ou d’ECS + chauffage) comprenant un échangeur solaire relié aux capteurs solaires et un appoint hydraulique (2ème échangeur alimenté par chaudière ou pompe à chaleur) et/ou électrique (résistance additionnelle sur option).

Adoucisseur

Technique traditionnelle de réduction de la dureté de l’eau par échange ionique entre les minéraux incrustants (calcium, magnésium) et du sodium non incrustant, le processus – peu écologique – s’opérant à travers une résine filtrante nécessitant à la fois rinçages et recharges de sel périodiques.

Aérothermie

Technique de pompe à chaleur consistant à transférer vers l’installation de chauffage l’énergie naturelle d’origine solaire contenue dans l’air extérieur, même par températures négatives.

Aquathermie

Technique de pompe à chaleur consistant à transférer vers l’installation de chauffage l’énergie naturelle d’origine solaire contenue dans l’eau d’une nappe souterraine, via une pompe de puisage immergée dans celle-ci.

Atmogéothermie®

Technique de chauffage (et de production d’eau chaude sanitaire) mariant captage géothermique (capteurs terrestres verticaux ou horizontaux) et captage atmosphérique (clôture ou toiture énergétique) pour une exploitation optimale, en toutes saisons, des énergies gratuites et propres contenues dans le milieu naturel (cf. : ATMOGEO’).

Capteur géothermique

Réseau de tubes horizontal (ou vertical : voir en ce cas « sonde géothermique ») mis en œuvre sur une surface de terrain préalablement décapée ou dans des tranchées, véhiculant de l’eau froide glycolée (voisine de 0°C) et recouvert avec de la terre de remblai.

Capteurs solaires

Panneaux destinés à absorber l’énergie transmise par le rayonnement solaire direct et constitués physiquement d’un verre spécial (en surface), d’une tôle traitée et de tubulures en cuivre, ainsi que d’une isolation thermique latérale et en sous-face.

Capteurs solaires intégrés

Capteurs solaires incorporés à la couverture et jointifs de celle-ci (étanchéité à assurer par un solin de zingueur).

Capteurs solaires superposés

Capteurs solaires montés au dessus de la couverture, à l’aide de supports métalliques appropriés (pour toit plat ou toit incliné, selon le cas).

Centrale solaire

Ensemble pompe/régulation chargé d’assurer la circulation du fluide solaire dans le système solaire et de piloter son fonctionnement, en fonction à la fois des conditions d’ensoleillement et des besoins d’eau chaude sanitaire ou/et de chauffage de l’utilisateur.

Chape fluide

Chape à base d’anhydrite (sulfate de calcium) ou de ciment, d’épaisseur minima 50 ou 60 mm, avec ou sans armature, pompée à l’état liquide sur le chantier et autonivelante.

Chape mince (1)

Chape à base de ciment, d’épaisseur minima 35 mm, armée des fibres d’acier MULTIBETON TF 25 et fluidifiée avec l’adjuvant MULTIBETON type PVP. (1) spécifique au procédé Humide Mince MULTIBETON

Chape sèche

Panneaux de chape à base de plâtre, à poser à l’état sec sur un réseau de tubes de plancher chauffant (cf. procédé Sol Sec – variante CS).

Chape traditionnelle

Chape à base de ciment, d’épaisseur minima 60 mm, armée d’un treillis soudé, fluidifiée avec un adjuvant et lissée à la règle ou à l’hélicoptère.

Chaudière à condensation

Chaudière au gaz ou au fuel à (très) haut rendement thermique comportant un échangeur spécial (condensateur) destiné à récupérer la chaleur « gratuite » des fumées de combustion (la vapeur d’eau de celles-ci se condense dans l’échangeur par transfert thermique avec l’eau refroidie du retour du chauffage).

Clôture énergétique (ou capteur atmosphérique)

Ensemble de panneaux en matériau de synthèse, composés de lames creuses véhiculant de l’eau froide glycolée et destinés à un capteur atmosphérique pour l’absorption de l’énergie gratuite produite par l’ensoleillement direct, mais également le vent, la pluie, et raccordés à une pompe à chaleur de type géothermique.

CO² alimentaire

Gaz carbonique recyclé et « purifié » pour en faire un vecteur de gazéification de certaines boissons et aussi un support pour le traitement anticalcaire écologique de l’eau sanitaire ; le CO² solubilise le calcium et le magnésium (idem le vinaigre blanc), sans les éliminer de l’eau, celle-ci conservant son équilibre minéral naturel.

COP

Coefficient de performance d’une pompe à chaleur en mode chaud : s’obtient par la division de la puissance fournie au système de chauffage (puissance restituée) par la puissance électrique nécessaire à son fonctionnement (puissance absorbée).

Crédit d’impôt au titre de la transition énergétique (CITE)

Crédit d’impôt sur le revenu à valoir sur les montants des fournitures d’équipements mis en service par un professionnel dans une habitation principale existante (de plus de 2 ans) et utilisant des énergies renouvelables (ou économes en énergie).

Déminéralisation de l’eau

Technique consistant à « filtrer » l’eau de remplissage d’une installation de chauffage à travers une cartouche jetable comportant une résine destinée à « retenir » tous les minéraux, agressifs et/ou incrustants.

Ecoprêt à taux zéro (EPTZ)

Prêt accordé pour la rénovation énergétique d’habitations principales et assorti d’un taux d’intérêt de 0%, sous réserve de la réalisation d’au moins deux travaux d’économie d’énergie dans les domaines du chauffage, de la production d’eau chaude sanitaire et de l’isolation thermique.

Emission calorifique

Chaleur délivrée au local par un plancher chauffant « basse » température.

Fluide solaire

Fluide caloporteur assurant le transfert énergétique des capteurs solaires vers l’accumulateur sanitaire ou/et le système de chauffage (via un échangeur spécifique).

Fraction solaire (ou gain solaire)

Part d’énergie solaire gratuite dans la consommation d’énergie globale d’une installation de chauffage et/ou de production d’eau chaude sanitaire.

Géothermie

Technique de pompe à chaleur consistant à transférer vers une installation de chauffage l’énergie naturelle d’origine solaire stockée dans la terre, via un réseau de tubes absorbeurs intégré à celle-ci (capteur terrestre), celui-ci pouvant être vertical ou horizontal.

Magnésium

Métal « tendre » utilisé pour les anodes sacrificielles destinées au traitement électrolytique de l’eau d’une installation de chauffage.

Mur chauffant « basse » température

« Plancher chauffant vertical » consistant dans l’intégration de tubes chauffants (et raffraichissants) MULTIBETON dans les parois murales dans le but de compléter ou de remplacer le sol quand, dans l’existant, il n’est pas suffisant ou tout simplement non équipable.

pH

Le pH de l’eau qualifie son acidité. Plus le pH est bas, plus elle est acide. Plus le pH est haut, plus elle est alcaline.

Plafond chauffant

Plafond équipé d’un réseau de tubes chauffants (et rafraîchissants) MULTIBETON dans le but de compléter ou de remplacer un plancher chauffant ou des murs chauffants de surface insuffisante ou non équipable.

Plancher chauffant « basse température »

Réseau de tubes intégré au sol et véhiculant de l’eau moyennement chaude (30 à 40°C) pour l’émission de chaleur en hiver.

Plancher réversible (ou chauffant/rafraîchissant)

Réseau de tubes intégré au sol et véhiculant de l’eau moyennement chaude (30 à 40°C) pour l’émission de chaleur en hiver, et moyennement fraîche (18 à 20°C) pour l’absorption de chaleur en été.

Polyéthylène/polybuthène

Supports chimiques moins nobles et moins qualitatifs de tubes chauffants d’autres marques.

Polypropylène

Support chimique principal du tube de plancher chauffant MULTIBETON lui conférant d’excellentes propriétés thermiques et physiques (à savoir à cet égard : le polypropylène est communément utilisé pour la fabrication de pare-chocs de voiture).

Pompe à chaleur

Appareil frigorifique (sorte de « réfrigérateur à l’envers ») assurant en hiver, la récupération d’une énergie gratuite et propre dans le milieu naturel extérieur (l’eau, l’air ou la terre) et son transfert vers l’installation de chauffage : plancher chauffant, radiateurs, ventilo-convecteurs…

Pompe à chaleur réversible

Idem ci-dessus, mais avec la possibilité d’une inversion de cycle : l’évacuation, en été, de la chaleur excédentaire du bâtiment vers le milieu naturel, via un plancher rafraîchissant ou des ventilo-convecteurs.

Pose à chaud (ou thermoformage)

Technique de mise en œuvre de tubes de plancher chauffant consistant à les monter en température par irrigation d’eau chaude dans le but de les cintrer sans contraintes ni risques pour la matière.

Pose en escargot (ou en colimaçon)

Disposition usuelle de tubes chauffants d’autres marques consistant dans la réalisation d’une pose en spirales avec alternance entre les tubes aller et les tubes retour sur la totalité de la surface des locaux.

Pose modulante

Disposition particulière des tubes MULTIBETON consistant à les poser en serpentins, à démarrer leur mise en place à l’aplomb de la paroi la plus froide et surconcentrer les premiers serpentins sous les vitrages.

Puissance absorbée

Puissance électrique nécessaire pour faire fonctionner la pompe à chaleur et permettre le transfert d’énergie gratuite du milieu naturel extérieur (l’air, l’eau ou la terre) vers l’installation de chauffage (ou, en mode froid, de l’installation vers le milieu naturel extérieur)

Puissance restituée

Puissance thermique (quantifiée en Watt) délivrée à l’installation par la pompe à chaleur, en mode chaud ou en mode froid.

Rendement thermique

Se dit de la performance thermique d’une chaudière par comparaison entre son énergie primaire consommée et son énergie secondaire « produite » (disponible pour le chauffage et éventuellement la production d’eau chaude sanitaire). Dans le cas d’une chaudière à condensation, le rendement thermique est annoncé -artificiellement- supérieur à 100% du fait de la récupération de la chaleur « gratuite » des fumées de combustion.

Solution (ou système ou centrale) hybride

Equipement réunissant en un seul et même ensemble une chaudière fuel ou gaz à condensation et une pompe à chaleur air/eau (le plus souvent), pilotées par la même régulation.

Sonde géothermique

Capteur géothermique vertical consistant dans un double circuit de tubes absorbeurs incorporé dans un forage (profondeur maxi : 100 m), véhiculant de l’eau froide glycolée (voisine de 0°C) et enrobé par de la bentonite (mélange de ciment et d’argile).

TH (ou Titre hydrotymétrique)

Le TH de l’eau qualifie sa dureté. Exprimé en « °f » (degrés français), il est d’autant plus élevé que la dureté (teneur en calcaire et en sels minéraux) de l’eau est importante. Au dessus de 20°f, il est recommandé de traiter l’eau sanitaire (contre les dépôts incrustants de calcaire) et aussi l’eau de chauffage (à déminéraliser lors du remplissage de l’installation).

Traitement d’eau par électrolyse

Se dit de la protection anticorrosion et antidépôts d’une installation de chauffage quand son eau est traitée par un appareil comportant une anode sacrificielle en magnésium, celle-ci concentrant sur elle les processus d’oxydation et/ou de corrosion galvanique (les métaux nobles de l’installation sont ainsi protégés).